Mission d'écoute

Mathilde.png

"J’ai réalisé des missions d’écoute sur des périmètres de 10 à 2 600 salariés."

C’est quoi une mission d’écoute ?

Réaliser une mission d’écoute, c’est faire le point, à un moment donné sur ce qui fonctionne et ce qui mériterait d’être challengé au niveau d’une équipe, d’un Pôle, d’une Direction ou d’une structure complète.

L’objectif est de pouvoir co-construire les axes d’amélioration à mettre en œuvre au quotidien.

Pourquoi s’intéresser aussi à ce qui fonctionne ?

Mettre en avant,  prendre soin, approfondir ce qui fonctionne permet :

  • de préserver les facteurs de protection du périmètre sur lequel on travaille, 

  • d’éviter que ce qui fonctionne aujourd’hui devienne ce qui dysfonctionnera demain.

À quel moment réalise-t-on une mission d’écoute ?

Mes clients font appel à moi dans les circonstances suivantes :

  • Dans le cadre d’un accompagnement global de transformation / changements / évolution. 

  • Dans le cadre de leur politique d’amélioration de la Qualité de Vie au Travail, quand ils veulent co-construire avec leurs salariés leurs actions de QVT. La mission d’écoute permet alors de faire émerger les premiers éléments clés.

  • Dans le cadre de leur action sur les Risques Psychosociaux : Ce travail correspond à une enquête de climat social. Il peut être prescrit quand des tensions sont ressenties en interne et qu’un interlocuteur externe semble mieux placé pour libérer la parole et prendre une position méta par rapport aux problématiques évoquées.

  • En mode Pompier : Quand le dialogue est rompu ou en passe de l’être. S’adresser à un interlocuteur externe et neutre permet de poser les difficultés et de construire des axes de résolution.

  • Lors d'une prise de poste : obtenir directement une photographie de la situation sociale de la structure et dégager les points forts de la culture induite.

Comment se décline une mission d’écoute ?

Je travaille sur la base d’entretiens collectifs par regroupement de fonction et/ou d’univers de travail, sans lien hiérarchique.

Les personnes qui ne peuvent pas s’intégrer dans ce schéma, parce qu’ils sont hiérarchiquement concernés ou parce qu’ils ont un champ d’action particulier, sont vus en entretien individuel.

La synthèse reprend les thématiques qui se dégagent sous l’angle « quel est le sujet qu’il faudrait traiter pour que la situation exposée ne se présente plus ? ». J’illustre mes propos avec des verbatims anonymes issus des groupes pour que chacun se retrouve dans ce qu’il a dit et puisse comprendre la thématique présentée.

Les propositions d’actions issues des groupes permettent de démarrer un travail collectif d’amélioration.